Présentation

Accueil | École | Présentation

Bienvenue sur le site

DE L’ÉCOLE SUPÉRIEURE
DE LA SANTÉ

L’Ecole supérieure de la santé (ESsanté) dépend de la Direction générale de l'enseignement postobligatoire (DGEP). Cette dernière est chargée des formations qui se situent entre la fin de l'enseignement obligatoire et l'enseignement supérieur.

L'ESsanté est  une école professionnelle publique qui enseigne les cours théoriques aux apprenti.e.s (en formation duale et en école des métiers) des professions du domaine du laboratoire et du bloc opératoire.

Voici un aperçu des formations proposées :
 

Certificat fédéral de capacité CFC

en école professionnelle (contrat avec formateur en entreprise) :
- laborantin.e CFC, orientation biologie
- laborantin.e CFC, orientation chimie

- technologue  CFC en dispositifs médicaux


en école des métiers à plein temps (stages en laboratoire) :
- laborantin.e CFC, orientation biologie en formation professionnelle accélérée (FPA)

Diplôme ES
en école supérieure (stages en entreprise) :

- technicien.ne en analyses biomédicales ES (TAB)

- technicien.ne en salle d’opération ES (TSO)

Maturité professionnelle post-CFC

- santé et social


Maturité professionnelle intégrée

- santé et social
- technique, architecture et sciences de la vie
 

L'ESsanté accueille :

- près de 500 apprenti.e.s et étudiant.e.s en formation.

- plus de 60 enseignant.e.s et 120 chargé.e.s de cours issus du monde du travail.

Avec le soutien d'une équipe administrative et un service technique.

Si la visite de notre site vous a donnée envie d'en savoir plus sur nos formations, nous vous invitons à prendre contact avec nous et c’est très volontiers que nous y répondrons.

Jardins09_ESsante.jpg
arc-ico-02987-oq.jpg

L’ancienne Ecole de chimie et de physique

Premier bâtiment important construit depuis l’ancienne Académie, l’ancienne École de chimie et de physique est inaugurée en 1893. Les étapes initiales de ce projet débutent dès 1881 avec les plans de l’architecte cantonal François Südheimer. Comme celui-ci décède six ans plus tard, Louis Bezencenet et Alexandre Girardet, lauréats du concours d’architecture lancé en 1888, poursuivent le mandat.

La construction de l’École implique plusieurs aménagements comme par exemple la démolition de la caserne des milices et de la porte Saint-Maire cependant les travaux vont bon train et se terminent malgré les dépenses excessives.

En 1893, le bâtiment est occupé par les laboratoires de physique, de chimie, de microscopie botanique, de chimie agricole, de bactériologie et de botanique systémique ainsi que par un atelier de photographie scientifique. En 1909, l’École accueille à sa création par Rodolphe A. Reiss, le premier institut de police scientifique au monde.

Les premiers départs pour Dorigny sont ceux des physiciens en 1975, suivies par les pharmaciens. Le bâtiment est totalement libéré par l’UNIL en 1994 lorsque les activités des chimistes sont également transférées à Dorigny dans l’actuel Batochime.

http://wp.unil.ch/dorigny40/lancienne-ecole-de-chimie-et-de-physique/

Quand développement durable rime avec besoins en formation !


La perspective de transformer l’ancienne Ecole de chimie en «Palais du Gouvernement» regroupant les états-majors départementaux a été écartée en 2004.

Le projet proposé par le Conseil d’Etat et porté conjointement par les Départements des infrastructures et de la Formation, de la jeunesse et de la culture, a permis, sur le plan architectural, de mettre en valeur l’inventivité de jeunes architectes, les compétences et les outils du service des bâtiments, ainsi que le savoir-faire des artisans locaux. Il a ainsi été possible de réaliser un ouvrage qui respecte les principes du développement durable par une économie de 50% de la consommation d’énergie, la minimisation des déchets, la protection du patrimoine culturel (y compris les graffitis récents), et la mise en œuvre de techniques et matériaux traditionnels.

 

Outre la réussite architecturale, la rénovation « douce » de l’Ecole de chimie a permis de redonner sa vocation première à ce bâtiment plus que centenaire. En effet, depuis le mois d’août 2006, l’Ecole supérieure de la santé (ESsanté) s’est installée dans ces murs. Cette école, réorganisée afin de regrouper les formations CFC de laborantin(e)s des domaines de la biologie et de la chimie, ainsi que techniciens en salle d’opération, doit permettre de répondre aux besoins en personnel qualifié des entreprises vaudoises.

En effet, une analyse approfondie menée en 2001 par l’Ecole des Hautes Etudes commerciales de l’Université de Lausanne, sur mandat des Départements de l’économie et de la Formation, de la jeunesse et de la culture, a démontré la très importante demande de personnes formées dans ces domaines, tant pour les entreprises spécialisées que dans le cadre de la mise en œuvre du projet triangulaire liant les universités de Lausanne et de Genève, ainsi que l’EPFL. Les besoins de formation ont ainsi été évalués de 200 à 300 nouveaux laborantin(e)s en biologie et de 300 à 400 laborantin(e)s en chimie d’ici la fin de la décennie. L’augmentation des capacités de formation de l’ESsanté, ainsi que son regroupement dans l’ancienne Ecole de chimie, doivent permettre de satisfaire cette demande.


Le pari était donc double. D’une part, il s’agissait de réorganiser l’ESsanté et de lui donner les capacités de formation nécessaires et, d’autre part, de réhabiliter un bâtiment public avec des moyens correspondant au budget alloué par le Grand Conseil et respectant les principes du développement durable. Nous nous réjouissons de constater que ce pari a été tenu.

http://www.vd.ch/fileadmin/user_upload/organisation/dinf/sipal/fichiers_pdf/74_Plaq_Ecole_sante.pd

IMG_2739.JPG
IMG_3127.JPG

2013

Arrivée de la maturité professionnelle santé et social à l'ESsanté.

2018

Riche d'une collaboration avec la Société Suisse de Stérilisation Hospitalière, de l'Ortra et des partenaires, l'ESsanté accueil le nouvel apprentissage de technologue en dispositifs médicaux CFC.

Stérilisation-centrale-de-Martigny-Hôpital-du-Valais.jpg